Qu’est-ce qu’une semence paysanne ?

sower-s-hand-with-wheat-seeds
En résumé

En biologie, la pureté c'est vilain. Pas de vie durable sans diversité génétique. Et justement, une semence paysanne n'est pas issue d'une lignée pure ''industrielle''. Au contraire, elle est sélectionnée parmi la récolte, pour être ressemée plus tard...

Table des matières

En biologie, la pureté c’est vilain. Pas de vie durable sans diversité génétique. Et justement, une semence paysanne n’est pas issue d’une lignée pure  »industrielle ». Au contraire, elle est sélectionnée parmi la récolte, pour être ressemée plus tard.


La diversité génétique au sein d’une variété paysanne (ou variété-population) permet de lutter contre l’érosion génétique qui menace, notamment, les espèces cultivées.

Les semences paysannes représentent la majorité de celles utilisées en agriculture vivrière. Dans le monde, plus d’un milliard d’agriculteurs utilisent ce procédé traditionnel de sélection.

Longtemps négligées par les chercheurs, les semences paysannes bénéficient d’un regain d’intérêt, notamment à la suite des actions d’agriculteurs de tous pays, associés à différentes ONG.


Pas trop tôt! Le règlement (UE) 2018/848 (relatif à la production biologique et à l’étiquetage des produits biologiques), entré en vigueur le 1er janvier 2021, autorise la commercialisation de semences sans COV (certification d’obtention végétale), dont les semences paysannes font évidemment partie.

Ci-dessous, la définition des semences paysannes donnée par l’association loi 1901 Réseau Semences Paysannes (qui a déposé à l’INPI le concept de  »semence paysanne »):


« Nous entendons par  »variétés paysannes », les variétés que nous, paysans, sélectionnons et que nous ressemons et continuons à faire évoluer dans nos champs pour les adapter à de nouvelles nécessités agronomiques, alimentaires, culturelles, ou dues aux changements climatiques. Nous considérons que ces activités sont un droit imprescriptible de chaque paysan, chaque jardinier et qu’il nous appartient de plein droit de gérer collectivement le « patrimoine génétique » issu de milliers d’années de travail de nos ancêtres paysans ».

Laisser un commentaire